Mot de la présidente

L’AVENIR DE LA PROFESSION, QU’EN EST-IL ?

« Si un métier axé sur l’être humain t’intéresse, le secteur de la santé offre plusieurs choix de carrières remplies de possibilités » ….. « Choisir une carrière en santé, c’est t’assurer un avenir »

Pour la grande majorité d’entre nous, c’est cet intérêt commun qui nous a poussés vers la profession. Aussi plusieurs sites internet traitant des domaines de la santé estiment à près de 110 000 le nombre d’embauches (toutes professions de la santé confondues) prévues d’ici 2021 pour pallier aux départs à la retraite et combler la croissance des besoins dans le réseau. À cet égard, relativement au taux de placement découlant de cet énoncé, il y a de quoi être confiant, non ?

Moi, j’y crois et suis confiante qu’il y aura de l’emploi.

Pour le technologiste médical (T.M.), les activités qui lui sont réservées1 (article 37.1 du Code des professions) lui confèrent une polyvalence largement souhaitée par l’employeur puisqu’elle permet au T.M. d’effectuer des tâches exclusives. La compétence d’un T.M. est alors reconnue dans toutes les sphères d’activités du laboratoire.

D’un autre côté, la profession est aussi en train de changer puisque les laboratoires sont en pleine mutation, du moins pour ce qui est attendu des services rendus. Le regroupement des laboratoires et l’optimisation des ressources concernent principalement l’accès aux services. Le développement des technologies entraîne inévitablement des changements sociaux. Le travail en laboratoire évolue et devient différent. Le fonctionnement du laboratoire sur des périodes plus étendues est devenu nécessaire afin d’assurer le mieux-être de l’usager : que ce dernier soit hospitalisé, ambulant ou soigné au département des urgences. Sous cet angle, et selon les informations recueillies auprès du Ministère de la Santé et des Services sociaux, la première démarche du projet OPTILAB vise à déterminer l’offre des services du département de la biologie médicale dans chacun des établissements. Non plus en silo, mais au sein même de la grappe.

De ce point de vue, il est clair qu’OPTILAB présentera à la fois des défis et des opportunités. C’est donc l’occasion de démontrer toute l’importance de la profession de technologiste médical auprès des nouveaux gestionnaires impliqués et de participer à la mise en place de processus innovants et sécuritaires qui visent l’amélioration des services.

Quelque soit le contexte, on ne saura trop répéter qu’une stratégie de communication constructive entre professionnels, qu’ils soient collègues ou supérieurs, est souhaitée. Et si quelque chose ne va pas dans les processus : on le dit aux responsables et gestionnaires concernés dans le but de définir des solutions gagnantes, pour le patient et pour le professionnel.

Et oui ! Je crois encore en l’avenir de notre profession.

Cordialement,

Doris Levasseur Bourbeau, T.M.

Présidente de l’OPTMQ

 

 

 

 

Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec / © Tous droits réservés 2017